Yang

15 octobre 2007

Bla bla bla...

Vendredi 31 Août :

Phil_1169802750    Aujourd'hui c'est décidé je téléphone à ma copine, depuis qu'elle a déménagé prés d'ici je ne l'ai pas revu, c'est l'occasion ou jamais, qu'en penses-tu?
me dit-elle. Je téléphone ou pas? C'est une bonne idée tu penses? Si on la voit ce serai plutôt quand? De l'après midi ou du soir? L'après midi j'aime bien profiter de la plage tandis que le soir ce serai plus pratique, on pourrai ce faire un resto. Devant tant de questions qui fusent telles des balles sur un champ de bataille, j'acquiesce dans son sens, d'autant plus qu'elle vient de répondre à ses propres questions sans s'en rendre compte, le travail m'est mâché.
    La réponse de son amie est hilarante car elle préfère que l'on passe lamobilecrazy journée ensemble sur la plage prés de chez elle. Ah, non, hors de questions, la plage sur laquelle on vas habituellement est bien plus belle, le sable est plus fin, le soleil plus chaud, les transats plus moelleux, la mer plus chaude, c'est fou il n'y a qu'en France où l'on peut trouver autant de paysages, de températures différentes en quelques dizaines de kilomètres.
    Mon coeur, j'ai bien fait de décliner l'invitation, on aurai pas été bien de toute façon sur cette plage dit-elle pour se réconforter, et là, évidement, j'ai acquiescé dans son sens.

Posté par darkhain à 22:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


09 octobre 2007

Faites vos jeux! Rien ne va plus!

Jeudi 30 Août :

    Afin de me faire pardonner de la journée précédente, nous reprenons l'exploration des magasins à la recherche du graal qui peut lui redonner le sourire.
    Maillot de bain, maillot de bain, ces mots ne cessent de se réitérer dans sa bouche, je pense qu'elle doit avoir une voir même plusieurs dents creuses qui répercutent les sons tel un écho. Je vous transmet la liste des non-achats de maillots :
- celui-ci me plaît beaucoup mais son prix est trop élevé,5ea1649a31336092c05438df996a3e59_2bikini_micro_string
- le motif est ringard,
- cette couleur n'est plus à la mode,
- celui-là n'as pas l'air solide,
- le bas est grand et il n'y a plus ma taille,
- je n'aime pas les bonnets triangles ça m'aplatit la poitrine,
- lui je l'adore trop, sa forme, ma taille mais pas en blanc,
puis ça été pareil concernant le choix d'un restaurant :
- celui-ci est beaucoup trop cher,
- il ne propose que des pizzas,
- le mobilier est très laid
- lui ne m'inspire pas du tout, mais du tout,
- rien ne me dit sur ce menu,
par contre lui, je l'adore, il m'inspire, le style est fun et le menu n'est pas très cher, dommage ils ne servent plus.
    Bref nous avons fini sans maillot, sans resto, à déguster un somptueux panini panini_sur des marches avec pour dessert une glace mi-fondu qui s'écoule sur mes doigts et sur le sol, quand ma femme a l'ultime sagesse d'aller tenter son indécision ainsi que sa malchance dans l'endroit le plus approprié. Au casino, le choixslots_770_150x120 est cornélien face à ces deux bandits manchots qui ne vont pas rester libres longtemps, la décision doit être rapide, lequel choisir, droite, gauche, allez celui de droite. Celui à côté ne reste pas longtemps inoccupé, quelques dizaines de pièces plus tard, le jackpot, incroyable, j'en revients pas, la sirène retentit, les pièces tombent, tous les joueurs se retournent, le personnel arrive car la machine ne contient plus de pièces, décide de faire un chèque à la personne assise à notre gauche, si seulement elle l'avait choisi.
grande_roue_paris    Nous sortons du casino, lessivés, moralement et financièrement, errons à la foire aux manèges qui se trouve à coté, nous regardons juste les manèges car il est hors de question que je monte sur l'un d'entre eux c'est bien trop dangereux, surtout à cause de la présence de la femme à mesharlem_a11 côtés. Au détour d'un manège, la chance nous sourit enfin, ma femme reconnaît HARLEM, un ancien de la Star Ac, et dire que nous aurions pu ne jamais le croiser, si elle avait trouvé le maillot tant espéré, le restaurant qui lui plaise plus tôt, la machine gagnante sans ce fier à son sixième sens féminin, vraiment quelle chance nous avons eu ce soir là de pouvoir apercevoir une star tel que lui.

Annuaire des blogs, Net-CUP

Posté par darkhain à 14:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 octobre 2007

Chaude journée

Mercredi 29 Août :

    Une douleur me réveille, merveilleux, j'ai enfin réussi à attraper un coup de soleil, je sais ce n'est pas évident quand on est novice mais vous verrez avec du temps et de la pratique vous y arriverez aussi. De plus pendant la nuit, le frottement intensif des draps du à un sommeil agité ne fait qu'attiser de milles feux ce brasier, je comprends à présent la signification de mes cauchemars deitalienne cette nuit ainsi que mes bouffées de chaleur. Je me lève et admire dans le miroir cette magnifique empreinte, génial, de profil je ressemble à une glace italienne au parfum vanille-fraise. J'entrouve la porte extérieure pour y découvrir un ciel devenu grisâtre, la bonne nouvelle c'est que je ne vais pas devoir subir une séance de bronzage, j'espère vivement que le mauvais temps va se maintenir, j'en connais une qui va être déçue.

    Après un détour via la salle d'eau , je prends un onctueux bain de biafine et nous partons sur le port faire les boutiques, hé oui, ma femme a toujours un File3plan de secours en cas de mauvais temps, j'enfile le t-shirt le plus léger que je trouve tant bien que mal, ce n'est plus une empreinte mais le purgatoire qui s'est installé sur mes épaules. Le pèlerinage dans les magasins est plus ardu que je ne le pense, les coutures de mon t-shirt deviennent aussi acérées que des lames de rasoirs, il s'alourdi tel une lourde cotte de mailles qui a pour doublure du papier à poncer, des picotements telles des aiguilles chauffées à blanc me transpercent le dos, mes jambes lourdes ne me soutiennent plus.
    clip_image002_0030

    Je propose alors de rentrer afin que je m'étende, cette proposition est toujours mal venue quand une femme fait du shopping, peu importe mes arguments, aucunes prières, aucunes excuses ne sont valables à ses yeux qui se transforment alors en peloton d'exécution. Ayant pitié en voyant que je suis plus apte à porter ses futurs achats, elle exauce finalement mon souhait.
   


rrrzzz01    A peine sommes nous rentrés, je m'étends sur le lit la vengeance de ma femme ne se fait pas attendre, ma vigoureuse, énergique et pétillante femme se met à dégager une sonorité de vieux moteur diesel alors que c'est moi qui suit las et c'est elle qui ronfle, le comble.

Pensez aussi à lire la même journée vue par ma femme

~ YIN ~

Posté par darkhain à 08:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2007

Douce nuit

    Pendant la nuit, je me suis réveillé fréquemment à cause de cauchemars ouZombie_II morts vivants et démons viennent tour à tour me harceler, j'ai même senti un de ces démons poser ses mains volcaniquement enflammées sur mes épaules ce demon1qui me fait sursauter. Assis dans le lit, j'aperçois du coin de l'oeil que la lumière de la salle de bain est allumée, encore à mi-chemin entre cauchemars et réalité, les yeux mi-clos, je distingue une forme aux allures inquiétantes en sortir, les battements de mon coeur se précipitent, mes mains tremblent, le stress monte, des bouffées de chaleur m'envahissent, j'étouffe à l'approche de cette ombre menaçante, des gouttes de sueur perlent sur mon visage, lorsque, entrant dans la lumière, je me rends compte qu'il s'agit de ma femme.
    Quel soulagement, je reprends difficilement mes esprits, mon stress diminue, mes battements reprennent un rythme normal, les bouffées de chaleur ne s'estompent pas sûrement dues à mes restants de cauchemars. Elle me fait part de ses problèmes d'oreilles, je la persuade de prendre des lexomils pour la détendre lui dis-je, mais c'est surtout pour qu'elle se rendorme ainsi que moi .

Penser aussi à lire la même journée vu par ma femme

~ YIN ~

 

Posté par darkhain à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 octobre 2007

La tete dans le...brouillard

Mardi 28 Août :   

    Ce matin, pour seul réveil, j'ai entendu la douce , charmante et voluptueuse mélodie d'un 3330* perché sur la table nuit afin de nous indiquer qu'il est temps d'arrêter de songer, de se lever, de se préparer moralement à une douloureuse séparation avec ce douillet lit et physiquement face à la plus redoutée des épreuves qu'un couple peut connaître, beaucoup n'ont pas survécu, plusieurs gardent encore des séquelles d'un passage en grande surface. DeMacDo manière à éviter un éternisant départ nous décidons de prendre notre petit déjeuner sur place chez l'ennemi invétéré du Quick. Incroyable, personne, nous sommes donc libre de choisir en toute tranquillité, personnellement je vais opter pour la formule salé, horreur, sois damné Ronald, ces formules n'existent plus. La je pressens tout au fond de moi que l'attente du choix de ma femme va être inexorablement interminable, heureusement durant toutes ces années passées prés d'elle à l'observer, à osenseil'écouter, j'ai pu développer l'art de l'hypnose neuronale qu'un senseï croate d'origine belge résidant sur la plus haute dune de Béthune m'a enseigné en cinq leçons par correspondance via internet. Après maintes argumentations j'arrive à lui faire plier un genou à terre, la tête basse, elle abdique et commande avant que ne soit passé l'heure fatidique des petits déjeuner. Je ne suis pas peu fièr de toutes ces batailles, ces joutes verbales que je réussi à gagner à la force de la langue quelques fois face à cette démone d'incision qui sommeille en elle.
    Après cette apostrophe, la fin de matinée se déroula sans autre incident, cefog2005 qui ne fut pas le cas de cet aprés-midi à la plage. Donc, nous transatons* bien tranquillement par cette belle journée ensoleillée avec une légère brise, tout est propice au bronzage intensif, lorsque tout à coup la brise tombe laissant place à une atmosphère lourde. Une brume maritime vient de s'abattre sur la plage, l'air est devenu moite, je ne distingue plus la digue, j'apercois à peine la mer, le drapeau passe du vert au rouge, les maîtres-nageurs sortent en trombe, sillonnent la plage sur le pied de guerre en guettant le flux et reflux de la mer, des patrouilles sont mises en oeuvre afin de rapatrier les nageurs vers le bord. L'ambiance et le climat sont dignes des plus grands films r4_w434_h_q80d'horreur, je m'attends à tout instant à voir débarquer un vaisseau fantôme, déchirant cette brume tel Jack Sparrow à bord du Black Pearl. Tout cela  n'arrange guère nos plans, nous avons réservé deux places à bord d'une pittoresque embarcation pour nous emmener le soir venu vers le port de Sète de façon à être au coeur d'un feu d'artifice honorant la St Louis. Deux longues heures passent dans l'inquiétude la plus totale, cette brume étrange et mystérieuse finira-t-elle par se lever? La brume s'est-elle étendue de tout son long jusqu'au port de Sète? Le spectacle sera-t-il annulé? La traversée sera-t-elle maintenue? Autant de questions qui ne trouvent aucunes réponses. tahiti_douche_feminine_2
    Résolus à l'idée de ne pouvoir assister à ce splendide spectacle de son retentissant dans notre corps à chaque explosion, de lumière déchirant le ciel tel un orage. Nous décidons de rentrer afin de purifier nos corps souillés de tout ce sable sous une agréable pluie tempérée, accompagnée de senteurs exotiques aux vertues relaxantes faisant une peau douce et satinée au toucher. Lorsque je sort de la douche quel n'a pas été mon étonnement en apercevant que la brume a subitement disparu, à la place un magnifique soleil commence à se coucher derrière l'horizon, une lumière d'une rare beauté envahit mes yeux écarquillés remplis d'émotion à l'idée de savoir que je vais pouvoir quand même assister à cet artifice de feux.
    Nous nous dirigeons vers le port, le coeur léger, les yeux pleins d'envie, oneclairs_017_1_ prend un fugasse repas et nous rendons vers le quai où nousphoto_112 attend notre embarcation. A peine sommes-nous installés à bord que le ciel s'obscurci brutalement, plus aucune étoile n'est visible, le bruit menaçant d'un orage s'approche à grand pas. Les yeux du capitaine deviennent inquiets, son regard s'est noirci aussi vite que le ciel, je l'entends gronder aussi fort que l'orage des ordres aux matelots lorsque la tempête cessa d'un coup, les sourires, la gaieté et la joie de vivre sont revenus à bord du bateau. Après toutes ces mésaventures je découvre enfin le plus beau, le plus grand, le plus majestueux feux d'artifice.


3330 : Le Nokia 3330 est doté d`un navigateur WAP intégré, de nouveaux jeux, d`écrans de veille animés, de façades Nokia Xpress-on et de nombreuses fonctions de messagerie qui permettent une communication encore plus variée avec vos amis et connaissances… Le nouveau Nokia 3330 bénéficie de tous les avantages pour vous séduire! Le Nokia 3330 a été imaginé pour être personnalisable à l'infini, selon votre humeur, vos goûts ou votre tenue vestimentaire du jour! A vous d'inventer chaque jour votre combinaison préférée: des façades aux couleurs variées aux écrans de veille animés permettant d'habiller votre écran, en passant par les icônes -que vous pouvez créer vous-mêmes, - le Nokia 3330 est fait pour vous correspondre totalement.

Transatons :  du verbe transater, tirer du mot transat, synonyme : relaxer, détendre

Sete
envoyé par darkhain


Penser aussi à lire la même journée vu par ma femme

 

~ YIN ~

 

Posté par darkhain à 00:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

02 octobre 2007

Vague à l'âme

Lundi 27 Août :

    Au soir, je propose qu'on dîne à l'extérieur dans lebonbons restaurant qu'elle désire, fatal error, donner à ma femme le choix c'est comme demander un à enfant de ne choisir qu'un bonbon dans une confiserie remplit de succulentes choses. A la surprise générale de mes neurones la décision a été vite prise, j'ai même cru sentir ma mâchoire se décrocher et tomber à terre à l'écoute de cette décision prise à la vitesse Mach III. Son choix se porta, sur un restaurant dont les panneaux placés à l'extérieur avaient attiré Moules_Fritesson regard, moules frites, à volonté de plus, ces odeurs me titillent les narines, me rappelant les senteurs purement typiques de mon pays "Ch'Nord de l'frainche". J'avoue avec fierté, j'assume entièrement mes origines Ch'ti me, dans mes veines coulent le doux nectar des dieux belges, la cervoise.Leffe Je salive, je bave à l'idée de déguster moules , frites et bières, je suis en extase. Cette agréable sensation de béatitude à éclaté en morceaux tel du verre quand on nous apporté les nôtres, ma femme déguste son verre de rosé, le trouve trop chaud à son goût et n'en boit plus une goutte supplémentaire. Puis le plat principal arrive, les trés attendues moules frites, cuisinées à la crème, ma femme déçue pour la seconde fois, décide quand même de les goûter et s'en régale.
    Lors du repas, je la vois s'évertuant à ouvrir une moule fermée, un discret sourire s'esquisse sur mon visage, je la regarde pensant que si elle insiste sur cette voie, la coquille de la moule volerait en éclat avec en bonus de la crème qui s'étalerait partout sur elle. Évidement tout s'est produit comme je le pensais, je revois encore la scène se dérouler sous mes yeux au ralenti, un bout de sa langue sort du coin gauche de ses lèvres, ses yeux se plissent sous l'effort, ses sourcils se crispent, tout son visage se transforme en tsunamiune énorme grimace de concentration, la coquille finit sous les coups incessants par se fendiller puis par se briser de milles parts éjectant la moule tel un pilote hors de son cockpit, finissant par s'écraser de tout son poids dans l'assiette contenant un lac de jus de moules qui se soulève alors comme un tsunami, finissant par mourir sur mon t-shirt, hélas.

Penser aussi à lire la même journée vu par ma femme

 

~ YIN ~

Posté par darkhain à 13:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 octobre 2007

A7

Dimanche 26 Août :

    Ce que j'adore par dessus toute chose lors des vacances, ce sont les trajets. Ma7690213_2 femme est autorophobe*, ne riez pas, il est vraiment difficile de conduire sur l'autoroute, parsemé de feux rouges, ponctué de stop, voir débouler des piétons n'importe quand mais le pire est sans aucun doute les bus, obliger de les suivre, impossible de les doubler, s'arrêtant tous les 500 mètres, je la comprends, c'est tellement plus agréable de circuler en ville. J'ai donc l'immense privilège, l'honneur suprême, de conduire durant des heures, c'est tellement somnolant, éreintant, blasant, donc quand sonne le triste départ, c'est avec une certaine réticence non dissimulés que je dirige inéluctablement vers l'autoroute.
    Ma femme qui a une vessie dont la contenance ne dépasse pas celle d'un dé à coudre, me demande expressement si une halte serait envisageable dans un très, très reposproche avenir. Je lui fait constater que si nous effectuons une pause, nous allons obligatoirement prendre du retard alors que nous sommes presque arrivé, ce serai vraiment dommage, il nous reste à peine 127 minutes, qui nous séparent de nos idylliques vacances mais hélas rien ne la persuade. En fait je dois avouer que cette halte est une aubaine inespéré pour moi, en effet, une douce raideur provenant du talon d'achille, s'installant progressivement jusqu'au mollet, grimpant tel un lierre, sont les signes annonciateur d'une crampe m'envahissant rapidement.
    Dans la voiture, une bienveillante techautoradio_alpinenologie est installé à bord, l'autoradio, probablement inventé par homme las d'écouter le bourdonnements incessant de sa femme, malheureusement pour moi, la mienne, chante, admirablement faux, afin de parer à cette défaillance technique, j'ai composé sur mon MP3 une playlist uniquement basée sur la techno.
    400km et deux péages plus tard, je vais enfin pouvoir écouter le doux bruissement des vagues venant lécher le sable remplaçant cet assourdissant bruit, obliger de subir durant tout le trajet, sortant inlassablement des lèvres de ma femme.


*Autorophobe :
peur, phobie de  l'autoroute

Penser aussi à lire la même journée vu par ma femme

~ YIN ~

 

 

 

Posté par darkhain à 10:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 septembre 2007

Tout en douceur

Samedi 25 Août:

    Je me suis éveillé sous une sublime, agréable et belle journée de corvées qu'il incombe aux hommes d'effectuer depuis notre jeunesse comme compteur_bleu_clio_2_1si nous étions nés avec cette science infuse de la mécanique, la vérification des niveaux pour la voiture. Ai-je le niveau d'huile? D'eau? De liquide de frein? De compétence requis pour tous ses contrôles? Je suis sous pression comme les pneus que je viens de vérifier, car c'est une lourde responsabilité qui nous appartient afin que la traversée vers ce lieux de culte où le bronzage est attendu tel le messie, le soleil vénéré comme un dieu à qui nous donnons en offrande nos corps blanchis, délavés de toutes pigmentations caramel.

    Je profite de ce doux moment de tête à tête avec elle, je prends tout mon temps, pour la caresser, lui chuchoter tendrement tu es belle, j'adore tes formes, je mets de la musique de circonstances, je la lave doucement, je la sèche avec affection. Mais ce que j'apprécie le plus intensément lors de ce laps de temps, passé avec la voiture, c'est le fait d'éviter le moment de recueillement de ma femme devant les valises, ne sachant, quels vêtements cuirlux_3apporter, à porter, me siérait le mieux avec mon bronzage, quels médicaments mettre dans la trousse de secours afin de parer à toutes éventualités, quel choix faire parmi mes innombrables produits cosmétiques pouvant me rendre irrésistiblement attirante, quels bijoux me feraient étinceler le plus, quels chaussures conviendraient le mieux dans cet étal et surtout quels sacs à mains accompagneraient ces tenues si mûrements réfléchies.
Resto
    A l'approche du repas du soir, je lui propose un restaurant afin de nous détendre, satisfaite de cette initiative elle me réponds par la positive, les avantages liés à cette invitation ne sont pas anodins puisque cela m'évite le dure labeur de la préparation des aliments ainsi que celui du nettoyage et rangement de la vaisselle utilisés pour l'occasion.

meisel_jpeg    A la sortie du restaurant, je dois me battre, je relève le défi qui m'est imposé, la confrontation ultime où un seul en sortira vainqueur, c'est le combat de l'homme contre la machine.
Mon linge lavé, de tous soupçons, qui froissé, dans son orgueil, en a été chamboulé, marqué de plis inrepassables.

Penser aussi à lire la même journée vu par ma femme

~ YIN ~

Posté par darkhain à 21:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 septembre 2007

Dernier/premier jour

Vendredi 24 Août :


Soleil_plage01     J'ouvre les yeux, le soleil m'éblouit, m'obligeant à plisser les yeux, j'entrevois alors une ombre se diriger vers moi, je place ma main droite aux dessus de mes yeux afin de mieux distinguer cette silhouette. C'est celle d'une superbe femme à la peau dorée et scintillante comme le sable, Polynesienne18aux yeux azur tel la mer portant pour tout vêtement un paréo rouge. Elle tient dans la paume de la main droite un plateau sur lequel trône un cocktail orné de fines tranches de fruits aussi appétissant que ses courbes. Elle me le tend, je le prends avec sourire, je commence à le siroter, elle se penche afin de me parler lorsqu'un son désagréable sortit de ses pulpeuses lèvres qui me fait sursauter.
    Les yeux grands ouverts, je suis dans le noir le plus total, je tâtonne tout autour de moi, je sens du bout des doigts, une forme sous la couette, je m'aperçois alors tristement que je suis dans mon lit avec ce monticule ronflant qui n'est qu'autre que ma femme. ciseauxCette même sonorité désagréable tinte de nouveau afin de me rappeler le rdv que j'ai pris, je l'éteinds vite pour que ma femme ne se réveille et me harcèle de questions futiles. Je me lève discrètement, me dirige vers la bui_viennoiseriessalle d'eau et rends à mon rdv. Lorsque je ressort, j'effectue un crochet via la boulangerie, de retour à l'appartement, ma femme m'attend les lèvres pincées, les sourcils froncés, elle remarque de suite que je suis passé entre les mains du coiffeur. Sachant qu'elle déteste que je me coupe les cheveux, je lui tends le sachet contenant des viennoiseries m'évitant ainsi toute confrontation verbale inutile au sujet de ma nouvelle coupe.
    13h30, déjà, je suis amer à l'idée d'aller travailler par cette mousse_Linus_Gelberbelle journée sachant que ma femme est en vacance depuis hier alors que moi je vais devoir attendre 22h avant d'y prétendre aussi. A peine arrivé,  je me rends compte qu'il y a autant de travail que d'oasis dans le désert, j'en profite pour repenser à ce doux songe de cette nuit. Je me dirige vers la machine à café, j'hésite entre un café et un cappuccino, quand mon chef d'équipe s'avance, me propose de repartir plus tôt si je le souhaite, je n'ai pas comment lui refuser cette alléchante proposition.
    18h, j'ai terminé, je rentre chez moi, j'enfonce ma clef dans la serrure, la tourne, ouvre la porte, pénètre dans l'appartement, je perçois des bruits provenant de la chambre, je m'approche doucement, je tend l'oreille, j'entends ma femme rire, discuter comme si elle n'était pas seule! J'ouvre brusquement la porte, je la vois allongée dans le lit, ses yeux écarquillés, sa bouche béante, son visage trahie son émotion teinté d'étonnement. Étendue à ses cotés, la tête posé sur ventre, ronronnant, je vois son chat.54o6bb53o8mocdyedvsl
    La surprise passée, elle me propose une soirée resto, moi qui rêvais d'une soirée cocooning à gamer* en réseau, je vais prétexter un mal de tête fulgurant pour que je puisse profiter de la soirée comme je le souhaite.


gamer : verbe, provenance anglophone du mot games (jeu)
              action de jouer à un jeu virtuel

Penser aussi à lire la même journée vu par ma femme

~ YIN ~

 

Posté par darkhain à 17:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]